Avant d’être un long métrage, Les Misérables de Ladj Ly était un documentaire où il a laissé sa caméra durant un an dans son quartier natal à Montfermeil. Ensuite, il en a fait un court-métrage, sa première fiction qui suit l’aventure de la Brigade Anti-Criminalité. Une oeuvre qui a été nommé au César du meilleur court métrage en 2018. Au vu de ce succès, il a décidé de l’amener sur grand écran et c’est ainsi qu’on peut le découvrir dans nos cinémas en ce moment.

Un film qui a reçu plusieurs récompenses dont le Prix du Jury au Festival de Cannes et le Prix d’Ornano-Valenti au festival du cinéma américain de Deauville.

Le grand public semble être attiré par ce film puisqu’il a fait un excellent démarrage avec 559 378 entrées en une semaine soit le 6ème meilleur démarrage pour un film français de l’année derrière La Belle Epoque.

De : Ladj Ly

Avec : Damien Bonnard, Alexis Manenti, Djebril Didier Zonga..

Genres : Policier, Drame

Date de sortie : 20 novembre 2019

Synopsis :

Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade Anti-Criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux « Bacqueux » d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes…

La scène d’ouverture montre un groupe d’enfants avec des drapeaux français qui vont dans le centre de Paris pour la finale de la Coupe du Monde. Après l’engouement de la victoire, on retrouve Stéphane venant de Cherbourg qui est muté à Montfermeil où il travaille à la BAC (Brigade Anti-Criminalité). Il devient le troisième maillon de l’équipe de jour composé de Gwada et Chris, le chef, qui sont présents depuis plus de dix ans dans cette commune à haut risque. Son accueil n’est pas vraiment chaleureux où il fait déjà face à une pression encore bien gentille avec des vannes lourdes mais assez inoffensives. Mais il va vite apercevoir les tensions entre différents groupes que ce soit « Le Maire » et les enfants de la cité, les gitans et la BAC qui se retrouve au milieu. La BAC est clairement en sous-effectif donc pour faire face à ses conflits, elle n’hésite pas à laisser passer des trafics pour avoir les faveurs de certains groupes. Cela leur permet d’avoir une protection et de pouvoir se balader sans porter une combinaison entière. Stéphane va vivre ces premières 24 heures de façon chaotiques, un repérage des lieux très inquiétant. Toutefois, le pire n’est pas arrivé.. Un débordement filmé par un drone qui tourne au fiasco va être à l’origine d’une rébellion qui va rapidement devenir incontrôlable.

Pendant tout le film, on ressent cette instabilité, une cité en colère, au bord du précipice où on sait que cela ne peut pas bien se terminer. On a affaire à une oeuvre puissante et choquante. Chaque partie de la cité n’est qu’un volcan prêt à entrer en ébullition. La police dont Chris pense être la loi de la cité où il n’hésite pas à utiliser des méthodes assez violentes pour montrer son pouvoir et le contrôle sur cette commune qu’il n’a pas vraiment au final.. Gwada subit les événements et Stéphane a dû mal à se faire entendre car il vient d’arriver. Il y a aussi une belle métaphore avec le lionceau du cirque qui représente les gamins de la cité. Ces enfants sont utilisés, méprisés par les adultes où on leur inculque la violence. On ne leur prête aucune attention sauf pour les utiliser dans des histoires qui ne les concerne pas. L’accident volontaire (un paradoxe qui prend tout son sens) va déclenché une tornade qui concentre l’âme fragile et le ras-le-bol des jeunes.

Pour conclure, je dirais que Les Misérables est touchant et d’une très grande justesse. Une narration qui nous prend aux tripes par sa faculté à nous montrer la jeunesse en colère, une banlieue sur une plaque chauffante et une police dépassée avec un sous-texte fort sur la société actuelle et la vie dans les banlieues. Le film nous propose quelques séquences sublimes comme la course sur le toit du HLM ou le plan en vue du dessus sur le marché arabe. De plus, on a une fin surprenante mais idéale qui appuie le message envoyé par ce film. Des jeunes acteurs qui nous ont livré une très belle performance en arrivant à nous émouvoir. Une nouvelle fois cette année, on a un très bon film français qui mérite d’avoir du succès.

Note : 4 sur 5.

Emmanuel Macron a été « bouleversé par sa justesse ». Il a même demandé à son gouvernement de trouver des idées afin d’améliorer les conditions de vie dans les quartiers.

Copyright Wild Bunch Germany